www.francoisrieux.com

Oeuvres Récentes

Les Moires

Les morsures continues à ronger les tissus. Crépissure dans le pli de ton draps, dans un éclat changeant, chiffon chatoyant.

La mémoire

Gorger de couleurs les crevasses des corps pour saisir le vertige d’être au monde....

Les esprits

Un esprit aurait donc une forme d’existence et une forme de pensée...

Marie durand et l'enfermement

Personnalité protestante, Marie Durand est emprisonnée durant 38 ans...

 

Le corps en mouvement

les méandres de la condition humaine. Les toiles dévoilent un rêve intime, nourri par tout homme : celui de s’élever

Les portraits

La tête de mort encore farcie de toutes les mauvaises raisons de la chaire perissable et mortelle

C. Beaudelaire

 

Ma peinture n’est pas quelque chose que je peux expliquer ou analyser, tant elle est viscérale. Pour moi, le peintre est une antenne, un créateur d’images et un explorateur graphique. Je soumets mes images, mes matières, mes couleurs aux spectateurs, et je refuse la dictature de ma propre pensée. C’est pour cela que je laisse le soin aux spectateurs éclairés et dotés d’une plume bien plus belle que la mienne de vous livrer les réflexions et les sentiments qu’ils ont pu ressentir devant mes toiles.


François Rieux ne cesse de gorger de couleurs les crevasses des corps pour saisir le vertige d’être au monde sans se garder d’être à distance. Il confectionne avec soin un nouveau territoire avec la rugosité et les griffures de la vie. Sa peinture spectrale ruisselle d’éclats de fusion et nous communique un tremblement inextinguible. Violence de sa palette dans le silence entrebâillé. Une sorte de parti-pris de l’infini du vide. Il nous adosse au mur de nos certitudes et nous invite à affronter l’insoutenable avec des pensées concrètes nées de lacérations et de figures absentes, qui font naître « cette buée qui assure qu’on est encore vivant », comme l’écrit Philippe Jaccottet.
Gilbert Auzias - Espace Envol


Expressionniste contemporain, François Rieux explore les méandres de la condition humaine. Ses toiles dévoilent un rêve intime, poursuivi par tout homme : celui de s’élever, de s’affranchir de sa pesanteur organique d’être de chair et de sang. Nous sommes tous des Sisyphe, lourds de pousser notre rocher, et qui rêvons comme Icare, de nous envoler.
Jean françois Nigon - historien d'art


Le peintre s'approche au plus près du corps humain, de la nudité qu'il griffe, lacère, écorche comme pour en démontrer la fragilité. Avec des touches de rose sur surfaces brunes, les compositions apparaissent comme autant de sculptures en deux dimensions, faisant surgir la chair de la terre ou de la roche. Cette peinture spectrale chaotique ne laisse pas indifférent. C'est un corps à corps qui coupe le souffle. Résolument figuratives et essentiellement viscérales, les toiles ne sont pas de tout repos, d'autant moins que chaque silhouette se trouve prisonnière d'un trait noir et ferme...
Gilbert Jean - le Dauphiné


La peinture de François Rieux naît dans la boue. Elle éclabousse sa toile de ses dégoulinures, de sa matière terreuse, de son manque de décision pour les couleurs de la belle saison, de son dégoût pour la bonne santé. Mais ne cherchant à instruire personne, d’autres ont trouvé que la gadoue pouvait renfermer quelques pépites.
Stephane dussel - Artiste / Auteur

Acryliques sur toile